Elisa Bachir Bey

Nous avons eu le plaisir de retrouver la très charmante comédienne Elisa BACHIR BEY, avec son attachée de presse Esther Meyniel, à l’hôtel des Grands Hommes, pour un shooting photo et une interview à l'occasion de la sortie du Film ''L'Amour est une fête" 

INTERVIEW

Bonjour Elisa. Merci d’avoir accepté notre invitation.

Merci à vous d’avoir lancé l’invitation !


Comment s’est passé le shooting photo pour Crush Magazine ?
J’ai été agréablement surprise, j’ai découvert une équipe pleine d’énergie, d’idées artistiques, le shooting s’est déroulé dans la joie et la bonne humeur et je crois que les blagues ont rythmé notre journée à tous, sans parler de l’excitation du match à venir le soir même ( France - Belgique ). Les photoshoot peuvent parfois être fastidieux et c’est un réel bonheur quand tu regardes ta montre et que 5 heures sont passées sans même que tu t’en sois rendue compte. J’aime l’idée de pouvoir travailler en cohésion avec l’équipe afin de trouver les meilleures directions artistiques à prendre, ça me rappelle les plateaux quand on recherche une scène.


Un souvenir marquant en particulier ?
La fin de journée, je crois qu’on s’est tous relâchés et on a eu des sacrés fou rires. J’adore

Tu t’es faite connaître du grand public comme comédienne dans Babysitting 2. Depuis tu enchaînes les tournages ! Comment gères-tu la cadence ?
Écoute plutôt bien puisque j’ai des moments de répit, mon idéal de vie consiste à tourner et voyager. Donc en fait, soit je travaille, soit je découvre le monde. L’ouverture d’esprit est la plus grande richesse qui soit, à mon sens, et voyager forge cela. Comme disait Brel : « La bêtise et la fermeture d’esprit sont la gangrène de l’humanité ». Ensuite, je n’ai jamais la sensation de travailler au sens propre du terme parce que j’ai le bonheur et la chance de pouvoir exercer le métier de mes rêves et d’en vivre.


Tu seras de retour aux cotés de Philippe Lacheau dans ‘’Nicky Larson’’. Heureuse de le retrouver?
Très heureuse, déjà parce que j’aime beaucoup Phillipe en tant que personne, il m’a donné mon premier rôle au cinéma dans Babysitting 2 et au delà de ça, il a un talent extraordinaire. Je crois qu’on peut dire que la bande à Fifi et les producteurs Marc Fizsman et Christophe Cervoni forment une équipe gagnante.

.
Nous allons te retrouver avec Gilles Lellouche et Guillaume Canet dans « L’amour est une fête » le 19 septembre 2018 au cinéma, pas trop stressée ?
Non, je dirais plutôt excitée ! Je joue le rôle de Mélissa, une danseuse de peep show. Le stress vient pour ma part avant le début du tournage, quand je travaille le rôle et que j’essaye de lui donner la bonne direction. Mais ensuite le stress laisse place à la concentration afin de donner vie aux personnages et au film. Je rêvais de tourner avec eux, ce sont des pointures du cinéma français. Sur un tournage on apprend chaque jour à leurs côtés, donc pour une jeune comédienne comme moi c’est une grande opportunité. Nous sommes très fiers de ce film et Cédric Anger en a fait un film unique. On a tous vraiment hâte que le public le découvre.

Tu nous fais le pitch du film ?!
Le film se déroule à Paris en 1982. Deux patrons d’un peep show, Le Mirodrome, criblés de dettes, Franck et Serge (Guillaume et Gilles) ont l’idée de produire des petits films pornographiques avec leurs danseuses pour relancer leur établissement. Le succès est au rendez-vous et ne tarde pas à attirer l’attention de leurs concurrents. Un soir, des hommes cagoulés détruisent le Mirodrome. Ruinés, Franck et Serge sont contraints de faire affaire avec leurs rivaux. Mais ce que ces derniers ignorent, c’est que nos deux « entrepreneurs » sont des enquêteurs chargés de procéder à un coup de filet dans le business du « X » parisien.

Comment réagissent tes parents suite à ton succès ?
Mes parents ne comprenaient pas la direction artistique que je voulais prendre, j’ai d’ailleurs fait un master en marketing avant mon école de cinéma afin de les rassurer. C’est seulement après le tournage de mon premier film qu’ils ont compris que c’était vraiment mon métier. Tu sais, mes parents sont à l’écart de cette effervescence artistique, ils sont assez pragmatiques, tant que je gagne ma vie, tout va bien. Pour répondre à ta question, rien n’a changé pour eux je suis toujours la même petite fille et tant mieux.

 

Quel est le rôle que tu souhaiterais interpréter à tout prix ?
Un rôle de femme forte où je pourrais repousser toutes les limites du jeu d’acteur. Le rôle de Charlize Theron dans Monster m’a marqué.

 

Si tu devais arrêter la comédie, vers quel métier te dirigerais-tu ?
J’ai pas encore de plan B , t’as un truc pour moi ? (Rires) Honnêtement, je ne sais pas, je me suis mise corps et âme dans ce métier et je ne me verrais pas faire autre chose.

Coté mode, avec quel styliste pourrais-tu réaliser une collection capsule ?
Le choix est difficile car je suis passionnée de mode.  Je dirais Alexandre Vauthier qui révèle le corps féminin par des coupes structurées sublimes, ou Hany el Behairy, un créateur égyptien que j’adore, qui dessine des robes dignes des milles et une nuits.


Quelle application utilises-tu le plus en ce moment ?
Instagram ! Et en deuxième Glovo.


Une petite exclusivité pour nos lecteurs ?
Jai tourné un épisode (15) dans la prochaine série Access au côté d’Ahmed Sylla qui sortira sur C8 cet hiver.

 

Merci beaucoup Elisa, et à très vite

Merci à toi Jérémy. Bises

PRODUCTION PHOTO

Comédienne : Élisa Bachir Bey
Photographe : François Le Prat
Directeur de production : Jérémy Coquement
Maquilleuse - Coiffeuse - Styliste : Angéline Aron-Clauss
Assistant de production : Luc Keller
Réalisateur : Julien Loup Patoue
Directeur artistique : Axel Bourée
Coordinatrice : Anne Lazzaroni
Communication talent : Tess’Art Communication - Esther Meyniel
Média : Crush Magazine
Production : JCD - jeremy-coquement-developpement.fr
Lieu : Hôtel des Grands Hommes, Paris Veme
Responsable communication lieu : Mallorie Loiseau de chez Hôtels & Préférence Look : J BRAND - Nicolas Besson - Stéphane Rolland
Bijoux : Worms Paris & Burma