HELENA NOGUERRA INTERVIEW

Trina : Bonjour Helena. Mannequin, chanteuse, actrice, écrivain....vous avez plus d'une corde à votre arc...si vous n'aviez pas eu cette carrière, quel métier auriez vous pu faire ?

 

Helena Noguerra : Hihi Mannequin c’était il y a belle lurette. Maintenant je joue, je chante, j’écris. Et je n’aurais rien pu faire d’autre, ni voulu.

 

 

 

Trina : Vous sortez votre 7ème album le 29 mars ("Nue"), à quoi doit-on

 

s'attendre ?

 

Helena : Un disque de bossa nova. Solaire et drôle, parfois mélancolique. Un duo rigolo avec Vincent Dedienne. Du soleil, de la sensualité et de l’humour...

 

 

 

Trina : Pourquoi un tel titre ?

 

Helena : Une envie de se délester du superficiel. Une envie de changement. Aller vers une moindre consommation.

 

Un dépouillement. Une décroissance heureuse. On retire ses oripeaux et on avance. Conscients.

 

 

 

Trina : Pourquoi avoir attendu 4 ans avant de sortir ce nouvel album ?

 

Helena : Parce que entre temps j’ai joué dans des films, des téléfilms, J’ai chanté avec Agnès Jaoui , nathalie dessay et Liat cohen pendant deux ans, j’ai joué au théâtre dans des pièces mises en scène par Marcial du fonzo bo aux côtés de Laurent Poitrneaux, Catherine Hiegel ou Karin Viard et Pierre Maillet. Hani également chanté avec les Parisiennes, (Arielle Dombasle, Mareva Gallenter et Inna Modja, et écris un livre :ciao amore (chez flammarion)... J’ai bien rempli mon temps non ?

 

 

 

Trina : On peut vous voir évoluer au cinéma mais aussi à la télévision, avec dernièrement la série "Au-delà des apparences", sur France 3 : quel est l'exercice dans lequel vous vous épanouissez le plus ?

 

Helena : Je ne hiérarchise pas. Je suis heureuse à chaque fois.

 

 

 

Trina : Dans la série de France 3, vous interprétiez le rôle d'Alexandra, une comédienne dont la sœur jumelle disparaît. Vous êtes-vous inspirée de votre propre vie pour vous mettre dans la peau de votre personnage ?

 

Helena : J’ai beaucoup travaillé avec un coach formidable: Daniel Marchaudon. Il m’a emmenée sur des terrains inconnus de moi jusqu’alors.

 

 

 

Trina : Est-ce qu'un jour on aura le plaisir de vous revoir sur scène avec "Les Parisiennes" ?

 

Helena : Ce Projet la est terminés. Mais enfin, sait on jamais ?

 

 

 

Trina : Vous avez prêté votre voix aux migrants, pour la Comédie de

 

Caen...quel regard vous avez porté sur leurs histoires ? Etes-vous sensible à cette cause ?

 

Helena : Mes parents sont arrivés en Belgique sans papiers. Ils fuyaient la dictature portugaise. Mon père était un fugitif et risquait la prison où la peine de mort. Ils se sont intégrés et je suis devenue belge. Donc oui les migrants me ressemblent.

 

 

 

Trina : Y a-t-il des causes, ou des associations que vous soutenez

 

particulièrement ?

 

Helena : Je suis féministe et militante pour l’égalité en droits et en dignités des femmes.

 

 

 

Trina : Quelle est votre plus grande peur ?

 

Helena : La maladie.

 

 

 

Trina : Votre proverbe fétiche ?

 

Helena : Il n’y a pas d’obstacle. L’obstacle c’est le but. Marchez sans but.

 

 

 

Trina : Aujourd'hui, qu'est ce qu'il vous manque pour être heureuse à 100% ?

 

Helena : Je ne me pose pas la question de cette manière. Le bonheur pour moi c’est d’être en vie. Sans grand malheur. Alors le bonheur est là.

 

 

 

Interview de Trina MAC-DINH