CHARLIZE THERON

Sa performance en tant que Furiosa dans le blockbuster, Mad Max : Fury Road, acclamé par la critique l’an dernier, a donné une nouvelle preuve qu’elle est une guerrière de la route, sur les plateaux de tournage et même en dehors.

 

Son nouveau film, Le Chasseur et la Reine des Glaces, est la suite très attendue de Blanche Neige et le Chasseur, sorti en 2012, avec Kristen Stewart et Chris Hemsworth. Cette fois-ci, elle revient dans le rôle de la Reine Ravenna, rejoint par de nouveaux membres du casting - Emily Blunt dans le rôle de Freya, sa soeur troublante et au bord de la crise de nerfs; Jessica Chastain, dans le rôle de Sara, une guerrière et épouse du chasseur, et le retour de Chris Hemsworth dans le rôle d’Eric le Chasseur. La narration emmène le public dans les histoires familiales de Ravenna, et raconte aussi l’évolution d’Eric, devenant un grand chasseur. Lorsque Freya découvre que sa soeur Ravenna a été tué par Blanche Neige, elle part avec son armée pour aller chercher le Miroir Magique, qui a le pouvoir de ressusciter sa soeur. Maintenant, le monde doit faire face à deux reines maléfiques, forçant le chasseur, la guerrière et leurs amis, à affronter les deux Reines.

 

Charlize Theron est l’une des femmes les plus franches et courageuses d’Hollywood. La grande actrice sud-africaine (d’1m77), adopte une attitude insoumise face à la vie, et garde une beauté frappante. Farouchement indépendante, elle donne l’impression qu’elle pourrait défier n’importe quel homme.

 

« C’est vraiment comme un prequel-suite », a déclaré Theron. « J’aime le personnage de Ravenna. J’aime la créer et la découvrir. Je n’ai probablement jamais autant aimé jouer un autre personnage. »

 

 

Charlize Theron, qui a eu 40 ans en Août dernier, a célébré cet anniversaire en adoptant une petite soeur, August, pour son fils adoptif, Jackson, 3 ans. Avant cela, Charlize Theron a mis fin à sa relation de 18 mois avec Sean Penn, peu de temps après que le couple soit apparu ensemble au Festival de Cannes en mai, pour la première de Mad Max.

Charlize Theron, enfant unique, a grandi dans une ferme en Afrique du Sud avec un père français, Charles, qu’elle caractérisait comme alcoolique et violent. Un jour de 1991, alors que Charlize est de retour de l’école pour le week-end, sa mère Gerda tire sur son mari et le tue accidentellement. Ce dernier, sous l’emprise de l’alcool, menaçait de la tuer elle et Charlize, alors âgée de 15 ans. A 18 ans, Charlize quitte son Afrique du Sud natale et s’installe à New York pour étudier le ballet après avoir passé une année en tant que modèle à Milan et Paris. Une blessure au genou la contraint à tirer un trait sur sa carrière de danseuse. Alors qu’elle commence à se sentir déprimée, elle décide de se tourner vers le métier d’actrice et part à Los Angeles, après que sa mère l’ait encouragée à ne pas abandonner et à ne pas renoncer à ses rêves. En 2 jours, elle se fait remarquer en jouant dans Celebrity de Woody Allen, et dans plusieurs productions hollywoodiennes : la Femme de l’Astronaute, l’Associé du Diable (avec Keanu Reeves), et The Italian Job. Elle a remporté l’Oscar pour son personnage de tueuse dans Monster, suivi par des rôles dans The Burning Plain, Young Adult, et Prometheus. Elle a récemment signé pour jouer dans la série télévisée «Mindhunter» produite par Netflix, et est actuellement en tournage dans le film The Coldest Ville, partageant l’affiche avec James McAvoy.

 

Charlize Theron is one of Hollywood’s most outspoken and fearless women. The statuesque (5’10») South African actress brings a brazen attitude towards life is every bit a match for her striking beauty and she’s a fiercely independent women who gives the impression that she could take on any man.

 

Her performance as Furiosa in last year’s critically-acclaimed blockbuster Mad Max: Fury Road gave further proof that she’s a female road warrior on and off the film set. Her new film, THE HUNSTMAN: WINTER’s WAR, is the highlyanticipated follow-up to 2012’s Snow White and the Huntsman that co-starring Kristen Stewart and Chris Hemsworth. This time out, Theron returns as Queen Ravenna joined by new cast members Emily Blunt as her troubled sister Freya, Jessica Chastain as fellow warrior Sara, and returning co-star Hemsworth as the titular Eric the Hunstman. The story takes audiences into the family history of Ravenna as well as showing how Eric developed into a great hunter.

 

When Freya discovers that her sister Ravenna has been killed by Snow White, she gets her army ready to go get Ravenna’s Magic Mirror which has the power to resurrect Ravenna. Now the land will have two evil Queens to defeat forcing the Huntsman, the Warrior and their allies to wage war against the Evil Queens and save the land.

 

« It’s really like a prequel-sequel. Theron said of Ravenna. » I love this character. I love to create and discover her and I have probably never enjoyed playing another character more than her.

 

 

  

 

Theron, who turned 40 last August, celebrated that birthday by adopting a baby sister, August, to join her adopted son, Jackson, now 3. Prior to that, Theron ended her 18 month affair with Sean Penn shortly after the couple appeared together at the Cannes Film Festival in May for the premiere of Mad Max. Theron, an only child, grew up on a farm in South Africa with a French father she has characterized as an abusive alcoholic. In 1991, Gerda, her German mother, fatally shot him after he came home in a drunken rage and threatened to kill her and the then-15-year-old Theron. Charlize left her native South Africa for New York at age 18 to study ballet having spent a year as a model in Milan and Paris. After wrecking her knee, she found herself down and out in L.A. and turned to acting after her mother exhorted her not to give up on her dreams of performing.

 

She first made her mark in 2 Days in the Valley, Woody Allen’s Celebrity, and several big-budget Hollywood productions including The Astronaut’s Wife, Devil’s Advocate (co-starring Keanu Reeves), and The Italian Job. She went on to win the Oscar for her hellish portrayal in Monster, followed by roles in The Burning Plain, Young Adult, and Prometheus. She recently signed on to star in the Netflix .Mindhunter. TV series and is currently filming The Coldest City co-starring James McAvoy in Berlin.


INTERVIEW

Q: Charlize, comment vous sentez-vous concernant la vie en général ? Vous êtes la mère de deux enfants maintenant, et votre carrière semble être aussi intéressante et prenante que jamais?

THERON: Je me sens vraiment chanceuse. Je fais un travail intéressant et je suis artistiquement parlant très heureuse avec les personnages que j’incarne à l’écran.

 

Q: Est-ce qu’avoir 40 ans a eu beaucoup d’impact sur vous?

THERON: Je ne pense pas vraiment à ça. Je suis beaucoup plus heureuse maintenant que quand j’avais 20 ans. En tant qu’actrice, je vais avoir plus d’opportunités que je n’en ai eues jusqu’à présent et je pense qu’Hollywood commence à réaliser que les actrices ne meurent pas à 40 ans. Nous devons continuer à progresser et à

trouver plus d’histoires et plus de grands rôles pour les femmes, qui reflètent notre force et notre importance dans la société.

 

Q: Vous êtes de retour dans le rôle de Ravenna. Quelle est votre point de vue sur ce personnage et ce monde imaginaire?

THERON: Je suis tellement heureuse de faire partie de ces films qui ont étendu et réinventé le conte de fées d’origine, qui est tellement une histoire symbolique. Dès le début j’ai aimé cette idée d’aborder un conte épique et classique, pour explorer de nombreux thèmes différents à ce monde.

 

Q: Comment travaillez-vous le côté diabolique de votre personnage?

THERON: Elle a son mauvais côté, mais elle est aussi beaucoup plus que cela. J’ai aimé jouer Ravenna et faire partie de ce monde fantastique me fait sentir comme une adolescente. C’est très facile de s’intégrer dans cet univers et de développer votre imagination dans ce sens. Jouer un personnage comme ça vous donne également la liberté de dire et de faire des choses que vous n’auriez normalement jamais faites. Peut-être que c’est cet aspect qui est si séduisant quand on interprète un méchant.

 

Q: Etiez-vous une grande fan des contes de fées quand vous étiez enfant?

THERON: Non, j’étais plus intéressée par le folklore africain avec lequel j’ai grandi. Mais je me souviens encore quand je disais à ma mère que je voulais être une sirène. (Rires) Ma mère m’a vu un jour allongée dans un étang et elle m’a demandé : «Pourquoi nages-tu de manière aussi bizarre ? Et j’ai répondu : « Je suis une sirène ! »

 

Q: Pensez-vous que les petites filles puissent avoir une fausse vision de la vie quand elles grandissent avec des contes de fées et des histoires avec un Prince Charmant, chevauchant un cheval ?

THERON: Non, pas du tout. Je pense qu’il est important que les enfants aient des contes de fées dans la vie. Et parfois, nous les femmes, nous aimons nous sentir comme des princesses, lorsque nous portons des longues robes et de belles chaussures. Mais cela ne signifie pas nécessairement que les femmes sont stupides ou naïves et ne peuvent pas être des leaders dans le monde d’aujourd’hui.

 

Q: Jouer les femmes sombres ou dangereuses vous vient-il assez facilement ?

THERON: J’ai traversé un événement traumatisant quand j’étais jeune et, en quelque sorte, ce genre d’expérience vous façonne. Cela vous permet de comprendre l’obscurité et la tragédie... Mais je ne me laisse jamais entraîner par les problématiques de mes personnages. Je peux explorer profondément le caractère sombre du personnage et jouer ses différents états psychologiques, puis revenir dans ma vie normale assez rapidement. Je suis une personne très heureuse, ce qui me permet probablement de revenir à mon état normal plus facilement. Je déteste aussi l’idée d’être dans un état d’esprit misérabiliste, et que ça envahisse ma vie, que ça déteigne sur mes amis ou mes collègues, et que ça vienne tout gâcher : les bons moments de la vie d’une actrice et la belle vie que je mène.

 

...

Q: Charlize, how do you feel about life in general these days? You’re the mother of two now, and your career seems to be as interesting and engaging as ever?

THERON: I feel really lucky. I’m doing interesting work and I’m very satisfied creatively with the kinds of characters I’m getting to play.

 

Q: Has turning 40 had much of an impact on you?

THERON: I don’t really think about it. I’m much happier being in my 40s than I was in my 20s. As an actress, I’m having more opportunities than ever and I think Hollywood is beginning to realise that actresses don’t die at 40. We’ve got to continue making progress and find more stories and more great roles for women that reflect our strength and importance in society.

 

Q: You’re returning to the role of Ravenna now. What is your impression of the character and that fantasy world?

THERON: I’m so happy to be part of these films that have extended and reinterpreted the original fairy tale which is such an iconic story. From the beginning I loved the idea of approaching an epic and classic tale and standing it on its head a bit and exploring many different themes to that world.

 

Q: How do you get into her evil side?

THERON: She has her evil side but she is also much more than that. I’ve enjoyed playing Ravenna and being part of that fantasy world makes me feel like a teenager. It’s very easy to become part of it and be able to explore your imagination that way. Playing a character like that also gives you the freedom to say things and do things that you would normally never do. Maybe that’s the kind of thing that is so seductive about playing a villain.

 

Q: Were you a big lover of fairy tales as a child?

THERON: No, I was more interested in African folklore that I grew up with. But I still remember when I told my mother than I wanted to be a mermaid. (Laughs) My mother saw me one day lying in a pond and she asked me, ‘What are you doing in the water. And why are you swimming in such a funny way. And I replied, « I’m a mermaid! »

 

Q: Do you think that little girls might get a false sense of life when they grow up with fairy tales about Prince Charmings riding up on a horse?

THERON: No, not at all. I think it’s important that children have fairy tales in her life. And sometimes we as women like to feel like princesses when we wear long dresses and beautiful shoes. But that doesn’t necessarily mean that women are stupid or naive and can’t be leaders in society.

 

Q: Playing dangerous women seems to come fairly easily to you?

THERON: I went through a traumatic event when I was young and somehow that kind of experience shapes you. It enables you to understand darkness and tragedy...But I don’t ever let my work drag me down into my characters’ problems. I can do down and deep into a dark character and those kinds of psychological states and then slip back into my normal life pretty quickly. I’m a pretty happy person and that probably makes it easier for me to go back to my normal self. I also hate the idea of making myself miserable and letting that spill over into my life with my friends or colleagues and spoiling everything that I enjoy about acting and the kind of beautiful life I have.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

...


 

Q: Qu’est-ce qui fait de vous une femme adaptable et indépendante d’esprit ?

THERON: Je dois cela à ma mère. Elle est la femme la plus forte que je connaisse et elle a toujours été mon guide dans la vie. Elle m’a appris à ne jamais s’arrêter sur des erreurs ou ce qui ne s’est pas bien déroulé dans le passé et qu’il faut avancer dans la vie. C’est la seule manière dont je vis et c’est ce qui a le plus de sens pour moi. Vous devez être prêt à prendre des risques et à ne pas devenir quelqu’un qui regrette de ne pas avoir saisi toute ses chances.

 

Q: Est-ce qu’avoir grandi dans la brousse, dans une ferme en Afrique du Sud, vous a renforcé ?

THERON: Une grande partie de ma vie est façonnée par ça : quand vous grandissez dans une ferme, que vous apprenez à monter à cheval, que vous faites des petits boulots, et pas seulement rentrer à la maison et regarder la télévision après l’école. Vous apprenez beaucoup quand vous vivez à la ferme, en particulier en Afrique.

 

Q: Vous êtes Messagère de la Paix des Nations Unies et vous êtes aussi la fondatrice du «Charlize Theron Africa Outreach Project» (CTAOP) qui porte sur la lutte contre le SIDA. Quelle importance ont ces missions pour vous?

THERON: Comme quelqu’un qui a grandi en Afrique du Sud, je considère que c’est encore chez moi. C’est dans mon sang. Ca choque encore beaucoup de monde quand je leur dis que l’Afrique du Sud a actuellement le plus grand nombre de personnes vivantes avec le VIH dans le monde. Nous représentons 1% de la population

mondiale, mais environ 18% de la population séropositive mondiale. J’ai fondé CTAOP parce que je voulais profiter de l’occasion qui m’a été donnée de changer les choses. Le VIH est évitable à 100%. Parfois, il semble que nous l’oublions - et j’espère que le CTAOP peut être un moyen d’aider les jeunes et une voix pour rappeler à tous que ce combat n’est pas terminé, et que nous pouvons en venir à bout ensemble.

 

Q: Comment la maternité a changé votre vision du monde et votre motivation pour vous engager dans des projets VIH?

THERON: Rien ne vous fait plus comprendre et ressentir la valeur inestimable de la vie que le fait d’être parent. Il est donc essentiel que les jeunes s’apprécient eux-mêmes et apprécient leur propre vie; parce que leurs décisions, non seulement façonnent leur avenir, mais aussi notre avenir collectif. Nous devons leur donner tous les moyens, le soutien et la responsabilisation dont ils ont besoin pour être en mesure de mener une vie saine et productive. Nous oublions à quel point l’adolescence est difficile. Dans tout ce que j’ai fait, être mère a renforcé mon engagement et m’a motivé plus que jamais à m’investir dans la vie des jeunes.

 

Q: Vous êtes souvent décrite par vos collègues comme une femme ayant très confiance en elle, avec beaucoup d’assurance. Pensez-vous que certains hommes trouvent cela intimidant?

THERON: J’ai rencontré tous types d’hommes dans ma vie. Ce que j’ai compris, c’est que les réactions de la plupart des hommes sont pour moi le reflet de leur propre vulnérabilité, ce qui n’a rien à voir avec moi et provient plutôt de leur caractère, et pas du mien. Je n’ai jamais essayé de paraître moins énergique ou moins affirmée afin qu’un homme se sente mieux ou plus en sécurité. J’ai toujours eu de grands rêves, et réussir à faire au mieux dans ma vie. Je ne voulais pas faire de compromis, sinon je n’aurais pas été heureuse. J’ai toujours désiré un homme qui accepte mes rêves et mes objectifs et apprécie tous les aspects de mon caractère et qui est lui-même assez confiant pour ne pas se sentir menacé par cela.

 

Q: What do you think makes you a very resilient and independentminded woman?

THERON: I owe most of that to my mother. She’s the strongest woman I’ve ever known and she has always been my greatest guide in life and taught me to never dwell on mistakes or what has gone wrong in the past and just move on with your life. That’s the only way I know how to live and it makes the most sense to me. You have to be willing to take chances and not wind up being someone who regrets not having made the most of your opportunities.

 

Q: Did growing up in the bush on a farm in South Africa also make you a much tougher individual?

THERON: A big part of my life is shaped by that and when you grow up on a farm you learn to ride horses and take care of odd jobs and not just go home and watch TV after school. You learn a lot when you get up on a farm, especially in Africa.

 

Q: You’re a A Messenger for Peace and you’re also the founder of the «Charlize Theron Africa Outreach Project» (CTAOP) which carries on the fight against AIDS. How important is that work to you?

THERON: As someone who grew up in South Africa, I consider it still to be my home. It’s in my blood. It still shocks a lot of people when I tell them that South Africa currently has the highest number of people living with HIV in the world. We are 1% of the world’s population but an estimated 18% of the world’s HIV positive population. I founded CTAOP because I wanted to use the opportunity I have been given to make a change. HIV is 100% preventable. Sometimes it seems like we all forget that - and I’m hoping CTAOP can be a vehicle to empower and enable young people, and a voice to remind everyone that this fight isn’t over, but we can end it together.

 

Q: How has motherhood changed your vision of the world and your motivation to engage yourself in HIV projects?

THERON: Nothing makes you understand and hold onto the preciousness of life more than being a parent. It’s so vital that young people value themselves and their lives, because their decisions not only shape their own future but our collective future. We have to give them all the tools, support and empowerment they need to be able to lead healthy, productive lives. We forget how hard adolescence is. If anything, being a mother has strengthened my commitment and made me more motivated to invest in the lives of youth.

 

Q: You’re often described by your colleagues as a very selfconfident and self-assured woman. Do you think some men find that intimidating?

THERON: Some do. I’ve met all types of men in my life. What I’ve found is that most men’s reactions to me are a reflection of their own insecurities that have nothing to do with me and really speaks to their character and not mine. I’ve never tried to appear less forceful or be less assertive in order to make a man feel more secure or feel better. I have always dreamed big and wanted to make the best of my life. I never wanted to compromise, otherwise I would not be happy. I’ve always wanted a man who recognizes my dreams and goals and appreciates all those aspects of my character and is confident enough in his own self not to feel threatened by that.